Charles Licot

 

 

Au décès de Feuillen Licot, son fils Charles reprendra avec succès le rôle de directeur de l'académie de dessin et de l'école industrielle réunies qu'avait tenu son père avec brio.

 

Charles Licot fut un brillant architecte renommé pour avoir, dès avant 1875, consacré une bonne partie de sa vie à l'étude et au combat pour le sauvetage des ruines de l'abbaye de Villers-la-Ville. En 1907, grâce à une souscription, un mémorial fut élevé en son honneur dans les ruines.

Le mémorial "Charles Licot" érigé dans les ruines de l'abbaye de Villers-la-Ville

 

Après avoir fait ses études au Collège communal de Nivelles, il réussira une brillante carrière à l'Académie que dirigea son père, ainsi qu'à celle des beaux-arts à Bruxelles. Il sera élève architecte d'Émile Coulon.

 

En 1884, Charles Licot était domicilié à Nivelles, à la "station Est". La liste électorale de 1887 le domicilie au faubourg de Namur , qui commençait, à cette époque, au carrefour avec le boulevard Fleur de Lys. À partir de 1892, on le retrouve à Schaerbeek.

 

Il sera nanti d'une multitude de titres, révélateurs d'un talent certain qui camouflait une modestie et une gentillesse héritée de son père Feuillen.

Les fonctions et les titres de Charles Licot

– Directeur de l'Académie de dessin de Nivelles (1881)

– Membre du jury de l'Exposition générale des beaux-arts de 1881

– Honoré de la médaille d'or à l'Exposition triennale des beaux-arts à Bruxelles pour les magnifiques plans de sa monographie de l'ancienne abbaye de Villers-la-Ville.

– Professeur à l'Académie de Vilvoorde

– Professeur à l'Académie d'Ixelles

– Architecte provincial du Brabant (1892)

– Directeur de l'école de dessin et d'industrie de Scaerbeek

– Membre correspondant de la Commission royale des Monuments

– Membre du jury d'architecture du prix Godecharles (1897)

– Membre de la Commission royale belge des Échanges internationaux (1897)

– Membre de la section d'art monumental du musée du Cinquantenaire (1897)

– Chevalier de l'Ordre de Léopold (1898)

– Membre effectif de la société centrale d'architecture de Belgique (1898)

 

Quelques bâtiments nivellois érigés par Charles Licot

– L'église néogothique Notre-Dame du Saint-Sépulcre (1887-1891)

– L'abattoir au faubourg de Soignies (inauguré le 18 novembre1889)

– La salle des Fêtes du Waux-Hall, rue de Charleroi (1890-1893)

– Une maison, Grand-Place, édifiée sur l'emplacement du "Cheval Vert" (1883) (Disparue)

– Une maison à la rue Georges Willame, à côté de l'entrée du Bric-à-brac (1884)

...

Quelques autres bâtiments

– La gare d'Ottignies (1884)

– Restauration des ruines de l'abbaye de Villers-la-Ville (1893 à 1903)

– La synagogue de Bruxelles, en collaboration avec l'architecte De Keyser (1878)

– Le café Sésino à Bruxelles, boulevard Anspach, 3-5 (Démoli)

– Salle des Fêtes dans le parc de Léopold II à Bruxelles (1880)

– Bâtiment de l'Union du Crédit, en collaboration avec l'architecte De Keyser

...

Charles Licot est décédé à Schaerbeek le 22 juin 1903 en laissant Zoé Delbove, son épouse, et 4 enfants : Aline, Marguerite, Maurice et Georges. les 3 premiers sont restés célibataires.